Biocoop

Présente
la campagne éco-responsable

Ce site web ne pèse que 3 Mo Découvrez les coulisses d’une démarche
écologique jusqu’au-boutiste

Biocoop,
Plus de 25 ans d'engagement
Militer contre
le suremballage
Donner la priorité aux
produits locaux
lutter contre
les ogm
Encourager le commerce
équitable nord-nord
Biocoop est né en 1986 de consommateurs et producteurs de bio militants et engagés. Depuis, notre réseau milite pour une agriculture biologique toujours plus responsable. Pour affirmer nos principes fondateurs, nous avons établi une charte sur laquelle repose l'ensemble de nos activités. Découvrir la charte biocoop
Chaque année, un français produit 590kg de déchets. Nous luttons au quotidien contre le suremballage avec la politique des 3R : Réduire, Réutiliser et Recycler. Nous développons les produits en vrac et analysons l’impact environnemental des emballages. PVC et polycarbonates sont refusés, les phtalates sont évités au maximum. En savoir plus
Avec plus de 4500 fournisseurs locaux, nous favorisons les productions de nos régions. En consommant dans nos magasins, vous assurez une rémunération directe aux producteurs, diminuez l’empreinte écologique des produits et profitez des traditions gastronomiques de vos régions. En savoir plus
Induisant des risques encore mal maitrisés, nous refusons les OGM. Notre cahier des charges prévoit l’analyse systématique des semences et bannit les ingrédients issus de maïs, colza, riz ou soja non bio pour éviter les contaminations. Pour protéger notre agriculture, nous soutenons les faucheurs volontaires d’OGM. En savoir plus
Nous avons créé en 2000 "Ensemble, Solidaires du producteur au consommateur", une gamme de plus de 460 produits bio et solidaires. Fruit d’une coopération historique entre 30 groupements de producteurs et 357 magasins, son objectif est de construire des relations transparentes, équitables et de qualité avec la production agricole française. En savoir plus
  • 
                            Militer 
    contre le
    suremballage
  • 
                            Donner la priorité 
    aux produits locaux
  • 
                            Lutter contre 
    les OGM
  • 
                            Encourager le 
    commerce équitable
    Nord-Nord

                                    

                                    

                                

                            


                            
                            

                            

                            
                            
                            

Pour faire connaître nos engagements, nous devions concevoir une campagne reflétant nos valeurs


                            


                            
                            

                            

                            

                            

                            


                            
                            

                            

                            

                            

                            


                            
                            

                                    

                                    

                                    

                                    

                                

De vrais agriculteurs, de vraies exploitations

Dès le départ, nous ne voulions pas de mise en scène ni de faux-semblant. Il n'était pas question d’effectuer un casting ou de montrer des acteurs. Dans un souci d'authenticité, les producteurs devaient être de vrais partenaires du réseau Biocoop. Nous avons photographié en Bretagne, des produits locaux en cohérence avec les périodes de diffusion de la campagne.

En savoir plus

                            


                            
                            

                            

                            
                            
                            

Le bilan carbone du trajet Paris – Rennes en TGV est de 1,3 kg de CO2. En voiture, il aurait été de 90,02 kg de CO2.

Le déplacement des équipes dans les zones rurales non desservies par les transports en commun s’est fait en voiture hybride.


                            Bretagne
                            
                            
                            

                                            

                                            
                                            
                                        

                            

                            


                            
                            

Sur place, notre équipe a dormi dans des gîtes éco-labellisés. Les repas et les buffets étaient tous composés de produits biologiques ou locaux. Les déchets ont été triés et recyclés.

Limiter les transports

En 2014, dans les pays industrialisés, les transports représentent...
30% de l'énergie consommée.
20% des gaz à effet de serre.

Comment diminuer la pollution rejetée par nos transports ?
Proscrire l’avion, limiter les déplacements de personnes et de biens et utiliser des moyens de transports propres.


                                    

                                    
                                

                                            
                                        

Encourager

l’économie locale


                            
                            
                            

                            

                            

                            

                            
                            
                            

Le photographe et le réalisateur ont effectué leurs repérages sur place à pied et en vélo.


                            


                            
                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            
                            
                            
                            

                                            
                                        

Pour produire du lait biologique, nos vaches vont quotidiennement au pré, quand la météo le permet, leur stabulation respecte des règles de confort et d’hygiène, elles mangent essentiellement de l’herbe (foin), à laquelle on ajoute un complément céréalier et sont soignées en cas de besoin, par des méthodes de thérapie naturelle.

Découvrez BIOLAIT

                        

                                    

                                    
                                        Tout commence 
à Paris

                                    
                                
Les photos

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            
                            


                            
Un appareil
photo primitif,
le sténopé
Les photos ont été réalisées avec un appareil très simple qui remonte aux origines de la photographie : le sténopé.
C’est une simple boite que nous avons faite construire par un artisan breton à partir de cagettes en bois récupérées.
Fabriquer plutôt que consommer

La boite est totalement étanche à la lumière et son intérieur recouvert d’une peinture noire de brou de noix pour éviter la réflexion des rayons lumineux.
L’une des faces est percée d’un trou minuscule qui laisse rentrer la lumière.
A l’intérieur, sur la face opposée, l’image vient s’imprimer sur une grande feuille de papier photographique (40x50 cm).

Le temps de pose peut être très long. Par ciel voilé ou en intérieur, nous avons attendu jusqu’à trois heures pour obtenir un seul cliché.

Recycler nos déchets

Pourquoi choisir l’argentique au lieu du numérique ?
L’idée de notre campagne n’est pas de rentrer dans le débat sur « quelle technique pollue le plus ? ».
Mais de chercher en permanence à contrôler et diminuer nos rejets polluants.

Notre parti-pris : maitriser toute la chaine de production, du début à la fin.

Un appareil photo numérique est composé d’éléments électroniques fabriqués dans des usines à bas coût, dans des pays en développement, dans des conditions qui sont difficilement traçables et contrôlables. L’appareil parcoure la Terre entière pour être acheminé des usines aux magasins, la plupart du temps en avion, l’un des moyens de transport les plus polluants au monde.

Notre sténopé construit à la main, grâce à du bois de récupération, présente des qualités écologiques évidentes. Nous avons pu contrôler totalement l’origine des matières premières pour être le plus responsable possible. Le bois est par exemple l’une des matières qui pollue le moins puisqu’elle n’est pas transformée et provient de forêts gérées durablement.


                            

                            

                            

                            

                            


                            
Biocoop
Recycler
nos déchets
La question du développement des photos était cruciale.
Nous avons monté sur le lieu des photos un laboratoire itinérant nous permettant de développer les tirages sur place. Grâce à des installations très compactes, nous avons utilisé un minimum de produits nocifs pour l’environnement.
Ils ont été systématiquement réutilisés puis ensuite intégralement recyclés.
Interdire
les retouches
Dans un souci de véracité, d’authenticité mais aussi d’économie d’énergie, toute retouche d’image a été bannie.
Les accroches et les logos ont été peints sur les tirages à main levée, à la peinture écologique, par un calligraphe.
A la fin de chaque journée, une affiche était totalement terminée.

                            

                            

                            

                            

                            
Biocoop

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            


                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            


                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            


                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            


                            


                            

                            

                            

                            

                            

                            


                        
Économiser
encre et papier
Pour diffuser notre campagne dans la presse, nous avons privilégié un magazine acceptant de faire un effort environnemental.
Dans le « Elle » du mois d’Avril, notre annonce a été imprimée à l’encre végétale sur du papier élaboré à partir de déchets alimentaires 100% biologiques.
Le format a volontairement été réduit par deux pour économiser la quantité d’encre et de papier utilisé.
Le site internet

Si internet était un pays, il serait le cinquième consommateur mondial d'électricité.

Comment réduire l’énergie consommée par notre site internet ?

* Source : « Internet, la pollution cachée » réalisé par Coline Tison et Laurent Lichtenstein

Produire notre électricité
Afin de limiter notre consommation énergétique autant que possible, un artisan breton a modifié un vélo d’occasion.
En remplaçant le dérailleur par une courroie reliée à une batterie via un alternateur, nous pouvions pédaler pour produire et emmagasiner notre propre énergie en toute autonomie.
En pédalant pendant environ 3 heures, la batterie était totalement rechargée et nous a permis de recharger téléphones et ordinateurs.

                            

                            


                            
Héberger le site sur un serveur Green

La consommation énergétique des infrastructures du web (serveurs et data centers) pourrait représenter, en 2030, l’équivalent de la consommation énergétique mondiale de 2008.*
Pour lutter contre cette pollution cachée, nous hébergeons ce site internet sur un serveur « Green » alimenté à 100% par des sources d’énergie renouvelables. Grâce à une série de mesures concrètes, notre plateforme d’hébergement a réduit sa consommation d’énergie de 50% et affiche un bilan carbone neutre.

En savoir plus * Source : projet Web Energy Archive soutenu par l’ADEME
Lutter contre l'obsolescence programmée
Un ordinateur a été monté de toutes pièces spécifiquement pour cette campagne.
Nous avons donné une seconde vie à d’anciens composants électroniques que nous avons récupérés sur des ordinateurs obsolètes.

                                
                            
Diminuer le poids des pages
Plus le poids d’une page web est conséquent, plus l’espace serveur et donc la consommation énergétique nécessaire pour le faire fonctionner sont importants.
Afin de diminuer au maximum l’empreinte écologique de ce site, nous avons pris une résolution drastique : bannir l’usage des photos, les contenus les plus lourds à charger. Ils ont été remplacés par de l’ASCII, une norme de codage ultra légère uniquement basée sur des caractères typographiques. Grâce à ce procédé, cette page est 4 fois moins lourde que si elle avait été conçue de manière traditionnelle.

Essayez d'équilibrer la balance en déposant les lettres

Des milliers de lettres ne seront jamais aussi lourdes qu'une image !


                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            

                            


                            
Le film
Contrôler la composition du matériel

Seules deux personnes, le réalisateur et un chef opérateur ont tourné les trois films de la campagne. Ils ont filmé avec deux Bolex, des caméras artisanales fabriquées à la main en Suisse dans les années 70. Ces appareils uniques ne comptent ni composants électroniques ni batteries. L’énergie est issue d’un ressort que l’on remonte à la main grâce à une manivelle. Aucun matériel de lumière artificielle n’a été utilisé. Le réalisateur s’est chargé lui-même d’enregistrer les interviews et les quelques prises de son.


                                

                                

                                


                                

                                                    

                                                

                                                    

                                                
Contrôler
la composition
du matériel
Pour réaliser l’intégralité de nos films sur cette campagne, nous aurions pu filmer avec une caméra digitale « classique » pour obtenir une image de très haute résolution. Mais opter pour cette solution entraine plusieurs désavantages notables en terme d’écologie : le matériel est industriel et utilise des composants électroniques dont l’origine est difficilement traçable. Souvent, un assistant caméra et du matériel spécifique de prise de vue et de lumière doivent être acheminés sur le tournage, entrainant des moyens logistiques conséquents. Pour toutes ces raisons nous avons décidé de restreindre les équipes et le matériel à son strict minimum.

                            

                            

                            

                        

                                

                            
Restreindre les prises de vue
Le réalisateur a effectué un gros travail préparatoire en amont pour déterminer très précisément les plans à filmer. Ainsi, il a limité le nombre de prises de vue à son minimum, ne filmant que ce dont il avait besoin pour économiser de la pellicule. Le montage du film a été effectué dans un premier temps à la main, directement sur pellicule, pour ne pas numériser de séquences inutiles. Le laboratoire qui s’est chargé du développement des bobines recycle l’intégralité de ses produits photosensibles.
Les coulisses de notre
campagne responsable
Le bilan carbone

Notre campagne réalisée
de manière responsable

  • 5 jours de prises de vues
  • 18 personnes sur le tournage
  • Matériel argentique,
    pas de lumière, pas de décoration
  • Transports, déplacements
    et hébergements éco-responsables
  • Pas de casting, pas de stylisme
  • 1 semaine de post-production
5,9 Tonnes de CO² rejetées

La même campagne si nous l'avions réalisée de manière classique

  • 5 jours de prises de vues
  • 24 personnes sur le tournage
  • Matériel numérique et
    lumière consommant de l'énergie
  • Transports, déplacements
    et hébergements standards
  • Casting et stylisme traditionnels
  • 3 semaines de post-production
15,2 Tonnes de CO² rejetées

MENTIONS LÉGALES :

Biocoop SA COOP
9/11 Avenue de Villars
RCS : 382 891 752
Société Anonyme Coopérative à capital variable

Directeur de la publication : Claude Gruffat (président)

CRÉDITS

Agence : Fred & Farid Paris
Client : BIOCOOP
Titre campagne : la campagne responsable
Directeurs de création : Benjamin Marchal & Olivier Lefebvre
Conception : Noé Sato
Direction artistique : Rémy Gendre, Radouane Guissi, Christophe Bouche, François Claux
Responsables annonceur : Patrick Marguerie, Maéva Selami, Iskandar Kouki
Responsable agence : Emmanuel Ferry
Production digitale : Domitille Doat, Jim Tran, Benjamin Bouzerau Lévy
Production et Développement : Figs-Lab & Plasmasoft
Typographe : Aleksi Cavaillez

Ce site utilise Google Analytics, un service d'analyse de site internet fourni par Google Inc. (« Google »). Google Analytics utilise des cookies, qui sont des fichiers texte placés sur votre ordinateur, pour aider le site internet à analyser l'utilisation du site par ses utilisateurs. Les données générées par les cookies concernant votre utilisation du site (y compris votre adresse IP) seront transmises et stockées par Google sur des serveurs situés aux Etats-Unis. Google utilisera cette information dans le but d'évaluer votre utilisation du site, de compiler des rapports sur l'activité du site à destination de son éditeur et de fournir d'autres services relatifs à l'activité du site et à l'utilisation d'Internet. Google est susceptible de communiquer ces données à des tiers en cas d'obligation légale ou lorsque ces tiers traitent ces données pour le compte de Google, y compris notamment l'éditeur de ce site. Google ne recoupera pas votre adresse IP avec toute autre donnée détenue par Google. Vous pouvez désactiver l'utilisation de cookies en sélectionnant les paramètres appropriés de votre navigateur. Cependant, une telle désactivation pourrait empêcher l'utilisation de certaines fonctionnalités de ce site. En utilisant ce site internet, vous consentez expressément au traitement de vos données nominatives par Google dans les conditions et pour les finalités décrites ci-dessus.
Les internautes reconnaissent avoir pris connaissances de ces mentions légales en utilisant le site internet lacampagneresponsable.fr